News:

« L’Opération meuble » sur France 5 : quand 40 000 foyers juifs parisiens étaient livrés à la razzia des nazis

1970
1945
Le Monde 23 May 2021
">« L’Opération meuble » sur France 5 : quand 40 000 foyers juifs parisiens étaient livrés à la razzia des nazis

Par Renaud Machart

Un poignant documentaire revient sur cette partie moins connue de l’Occupation et de ses pillages : celle des biens ordinaires et des objets du quotidien. 

Les Allemands ordonnèrent aux municipalités françaises de financer les déménagements des appartements juifs en les confiant à des entreprises spécialisées.

Les spoliations opérées sur les œuvres d’art par les nazis pendant l’Occupation sont un fait désormais connu et largement documenté, par des colloques, des livres, des documentaires et des films de cinéma destinés au grand public – notamment Monuments Men (2014), de George Clooney, ou La Femme au tableau (2015), de Simon Curtis.

Monuments Men, pas toujours exact sur le plan historique, a cependant le mérite d’avoir mis au-devant de la scène la figure discrète mais essentielle de Rose Valland, une résistante attachée de conservation qui travaillait au Jeu de Paume, « principal dépôt des œuvres d’art spoliées en France par les nazis, en majorité aux familles juives », ainsi que l’écrit Ophélie Jouan dans son essai Rose Valland, une vie à l’œuvre (Musée de la résistance et de la déportation de l’Isère-Grenoble, 2019).

Si Rose Valland a fourni une contribution essentielle au traçage des larcins en notant en secret leur provenance et leur destination, d’autres objets spoliés n’ont pas eu cette chance. Certains instruments de musique et partitions, parfois rares et précieux (comme ceux de la collection de la grande claveciniste Wanda Landowska), ont fait l’objet de disparitions irrémédiables pendant la seconde guerre mondiale.

Compenser les pertes

Ce sujet intéresse désormais des chercheurs et est au centre des activités de l’association Musique et spoliations, menée par Pascale Bernheim et l’avocate Corinne Hershkovitch, et c’est le propos même du livre de référence sur le sujet, Commando Musik. Comment les nazis ont spolié l’Europe musicale, publié en 1996 en anglais par Willem de Vries, et désormais disponible en français (Buchet-Chastel, 2019).

Le but des nazis, après l’instauration en 1942 de la « solution finale », dernière étape du génocide des juifs d’Europe, était non seulement de faire disparaître toute trace de ces derniers, que la doctrine hitlérienne tenait pour responsables de la guerre mondiale, mais aussi de compenser les pertes de biens ordinaires en Allemagne par la réquisition de tout ce qui se trouvait dans les appartements laissés « vacants » (le terme officiel) par les juifs ayant fui les rafles.

Ce furent ainsi, rien qu’à Paris, près de 40 000 appartements intégralement vidés de leur contenu, des nombreux pianos droits jusqu’aux plus modestes effets, par l’entremise de la Möbel Aktion,l’« Opération meuble » qui donne son titre au documentaire que consacre Cyril Denvers au pillage des appartements juifs de la capitale.

Les Allemands ordonnèrent aux municipalités de les localiser (aidés par de nombreux dénonciateurs et voisins) et de financer les déménagements en les confiant à des entreprises spécialisées. Le chiffre d’affaires de celles-ci profitera beaucoup de l’aubaine fournie par cette activité officiellement « forcée »…

Gigantesques entrepôts

Pour classer, mettre en caisses et entreposer ces objets et meubles dans de gigantesques dépôts (celui des Entrepôts et Magasins généraux du 43, quai de la Gare, dans le quartier de la gare d’Austerlitz, devenu en 1943 un camp d’internement annexe à celui de Drancy), furent désignés des « demi-juifs » et « conjoints d’Aryens ». Un hôtel particulier fera même guise de vitrine où se serviront sans vergogne les dignitaires et leurs épouses…

A l’aide de scènes reconstituées – qui ne semblent pas toujours nécessaires mais qui ont été tournées avec autant de tact que possible –, ce documentaire montre l’activité et le quotidien de ces entrepôts, en se fondant sur des témoignages mémoriels nombreux, notamment celui de Maurice Wolf, Es Brennt, un combattant dans la tourmente, 1939-1945 (L’Harmattan, 2012).

Interviennent des historiens, Sarah Gensburger et Jean-Marc Dreyfus (conseiller historique du film), notamment coauteurs de Des camps dans Paris (Fayard, 2003), ainsi que des rescapés, comme les frères Behr, qui disent en substance ce qu’écrivait avec tristesse Maurice Wolf à propos des juifs qui avaient échappé à la déportation : « [Ils] étaient livrés à eux-mêmes. Seuls les déportés politiques recevaient quelque considération. Les Juifs étaient des survivants de seconde zone… » 

Le Pillage des appartements juifs : l’Opération Meuble,documentaire de Cyril Denvers (Fr., 2020, 52 min). A la demande du 23 au 30 mai sur France.tv

 

 

https://www.lemonde.fr/culture/article/2021/05/23/l-operation-meuble-sur-france-5-quand-40-000-foyers-juifs-parisiens-etaient-livres-a-la-razzia-des-nazis_6081220_3246.html
© website copyright Central Registry 2021