News:

Restitution d’un pastel Musées Nationaux Récupération aux ayants droit de la famille Léonino

1970
1945
Connaissance des art 26 June 2018
Par Anne-Sophie Lesage-Münch


« Portrait d'homme, dit Monsieur Albespierre », pastel, anciennement attribué à Maurice Quentin de La Tour (1704-1788)

Mercredi 20 juin, Françoise Nyssen a restitué un pastel, intitulé « Portrait d'homme, dit Monsieur d'Albespierre », anciennement attribué à Maurice Quentin de La Tour (1704-1788), aux ayants droit de la famille Léonino, dont les collections avaient été spoliées par les Allemands en 1942.

Avec la restitution du pastel Portrait d’homme, dit Monsieur d’Albespierre, c’est une œuvre de plus qui disparaît des inventaires de la récupération artistique. L’acronyme MNR, qui distingue au sein des collections publiques les pièces dites des Musées nationaux Récupération, désigne les œuvres issues de spoliations de collections juives, par le nazis ou le régime de Vichy, qui furent rapportées d’Allemagne à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Placés sous la garde des musées nationaux, ces biens ont vocation à être restitués à leurs légitimes propriétaires, ou à leurs ayants droit. Menée par le Ministère de la Culture, cette politique de restitution s’est plus particulièrement intensifiée depuis 2013 grâce à l’approfondissement des recherches menées sur les provenances des biens concernés.

Anciennement attribué à Maurice Quentin de La Tour, l’un des plus grands portraitistes du règne de Louis XV, le pastel restitué aux ayants droit la famille Léonino prend probablement pour modèle l’un des éminents membres de la famille d’Albespeyre. Racheté en 1937 par Antoinette Léonino lors de la vente après décès de son père la Baron Léonino, l’œuvre est spoliée par les Allemands en octobre 1942 avec l’ensemble de la collection de cette dernière. Elle passe alors entre les mains du marchand Hildebrand Gurlitt (1895-1956), en charge de la vente de « l’art dégénéré » des musées allemands à l’étranger ainsi que des acquisitions de biens culturels spoliés en France pour le projet du Führermuseum à Linz. Son fils, Cornelius Gurlitt sera mis en cause en 2013 après la découverte de 1500 œuvres spoliées dans ses résidences à Munich. En 1943, le pastel est finalement vendu au musée de Cologne.

À la Libération, plus de 60 000 œuvres d’art, spoliées ou ayant fait l’objet d’un commerce illégal, vont être rassemblées par les Alliés dans des dépôts provisoires puis réorientées vers leur pays d’origine. Le pastel revient en France par le deuxième convoi de Baden-Baden, en juillet 1947, et est affecté en tant que MNR au musée du Louvre deux années plus tard. Une erreur de retranscription dans le titre de l’œuvre ne permet pas alors de répondre à la demande de restitution déposée par Madame Léonino. Il aura donc fallu attendre les nouvelles recherches de provenance menées récemment par le service des musées de France de la direction générale des patrimoines ainsi que les chercheurs, en collaboration avec les conservateurs du département des arts graphiques du Louvre et d’autres chercheurs, pour retracer l’historique de ce pastel et établir l’identité de son propriétaire légitime.

https://www.connaissancedesarts.com/archi-jardin-et-patrimoine/restitution-dun-pastel-musees-nationaux-recuperation-aux-ayants-droit-de-la-famille-leonino-1197929/
© website copyright Central Registry 2018