News:

Un Sisley volé par les Nazis refait surface

1998
1970
1945
ArtCult 1 June 2004

En 1940, la famille Hirsch quitta la France pour fuir le nazisme et confia une partie de sa collection d'objets d'art à leur ami, M. Caracano, ambassadeur d'Argentine à Paris. Moins de trois ans plus tard, la Gestapo investit l'ambassade et la vida de son contenu.

C'est ainsi que deux tableaux d'Alfred Sisley appartenant aux Hirsch, « Soleil de printemps, le Loing » datant de 1892 et « Le Port de Moret » achetés à Drouot en 1900 et 1902 par le grand-père Louis Hirsch, furent saisis par les nazis et disparurent durant la Seconde Guerre Mondiale.

Louis Hirsch étant mort en 1932, ses héritiers oublièrent l'existence de ces toiles jusqu'en 1979 lorsque, après la mort de sa grand-mère, Pierre de Gunzburg découvrit dans le tiroir d'une commode deux photos en noir et blanc de ces tableaux au dos desquelles elle avait inscrit la date de leur acquisition.

Pierre de Gunzburg et sa famille entamèrent alors une longue chasse au trésor et dix ans plus tard, la chance vint à leur aide lorsqu'ils découvrirent lors d'un déjeuner chez M. et Mme Philippe Durand-Ruel que « Soleil de printemps, le Loing » avait été inclus au catalogue raisonné de Sisley rédigé par François Daulte.

Pierre de Gunzburg apprit ensuite que le tableau avait été exposé en 1985 au Japon dans le cadre d'une rétrospective sur Sisley, ce qui l'amena à prendre contact avec l'ambassade de France à Tokyo pour obtenir sa restitution. Ne recevant pas de réponse de l'ambassade, qui avait parrainé l'exposition, pas plus que des conservateurs des musées ayant montré les œuvres de Sisley, il se décida en 1999 à porter plainte contre X pour recel puis apprit que l'année précédente, le tableau avait été présenté à Genève et qu'un marchand japonais avait essayé de le vendre.

Menacé d'une intervention d'Interpol et de faire l'objet d'un mandat d'arrêt international suite aux investigations menées par les agents de l'office central de répression du trafic de biens culturels, le propriétaire japonais du tableau finit en décembre 2003 par faire savoir qu'il était disposé à rendre le tableau. A la mi-juin 2004, Pierre de Gunzburg a pu enfin récupérer le Sisley dont la valeur est estimée à plus de trois millions d'euros.

Des centaines d'œuvres d'art volées par les nazis et bien d'autres encore, saisies notamment par les Soviétiques aux Allemands à la fin de la guerre, restent encore à récupérer à ce jour mais grâce au réseau de l'Internet et aux progrès de l'information, Interpol parvient de plus en plus à mettre la main sur ces biens spoliés.

[The painting was sold on 3 November 2004 at Christie's New York with a detailed note in the catalogue about the process of restitution of the painting.]

http://www.artcult.fr/_Lejournaldunfoudart/Fiche/Art-0-1249254.htm
© website copyright Central Registry 2021