News:

De nouveaux indices dans l’affaire du mystérieux Modigliani

1970
1945
Radio Canada 9 February 2017


À qui appartient cette toile du grand maître Modigliani? A-t-elle été volée sous les nazis à un antiquaire juif comme le prétendent ses descendants? De nouveaux documents appuient cette thèse.

Un texte de Gaétan Pouliot et de Frédéric Zalac d’Enquête

L’homme assis appuyé sur une canne a été peint en 1918 par l’Italien Amedeo Modigliani, légende du modernisme et de l’avant-garde parisienne. Estimé à plus de 25 millions de dollars, le tableau est aujourd’hui au coeur d’un litige remontant à la Seconde Guerre mondiale.

Les descendants de l’antiquaire juif Oscar Stettiner mènent une bataille en justice, à New York, pour récupérer la toile. Et ils affrontent l’un des plus puissants marchands d’art de la planète : David Nahmad. Le Modigliani a été volé sous l’occupation allemande puis vendu, comme beaucoup d’oeuvres d’arts, clament-ils.

De nouveaux indices pourraient aider leur cause.

À qui appartenait la toile?

L’une des questions centrales de cette affaire est la propriété historique de la toile. Bref, à qui a-t-elle appartenu au cours des 100 dernières années?

L’équipe de l’émission Pièce à conviction de France 3 a récemment pu voir le tableau, qui se trouve dans un immense coffre-fort à Genève, en Suisse, appelé les Ports Francs.

  L’homme assis appuyé sur une canne aux Ports Francs de Genève Photo : Pièce à conviction de France 3

Lorsque les employés de l’entrepôt ont retourné la fameuse toile, juste avant de la sortir de la pièce, la caméra a capté un indice inédit qui se trouve au verso.

On y voit une étiquette de la Biennale de Venise de 1930, exposition lors de laquelle le Modigliani a été exposé. Mais le nom du propriétaire et son adresse ont été partiellement effacés.

« Cette étiquette n’a pas été arrachée. Elle semble plutôt avoir été grattée, ce qui n’est pas rassurant. Une moitié est en bon état et l’autre partie est endommagée et on ne dirait pas que c’est par accident », affirme l’expert Willi Korte, à qui nous avons montré les images. Sa spécialité : retracer les oeuvres d’art volées par les nazis.

Et en y regardant de près... on peut voir que le nom rayé est celui de Stettiner.

  Étiquette de la Biennale de Venise de 1930 à l'endos d'une toile de Modigliani Photo : Pièce à conviction (France 3)

Ce détail important aurait dû être dévoilé, croit l’expert Willi Korte. « On ne devrait pas prendre connaissance de ça au hasard d’un tournage en Suisse », dit-il.

Pillage nazi

Remontons dans le temps. Au début de la Seconde Guerre mondiale, Oscar Stettiner quitte Paris - qui s’apprête à tomber aux mains des nazis - pour se réfugier dans le sud de la France.

En son absence, les Allemands pillent sa galerie et vendent ses biens.

Mais après la guerre, l’antiquaire juif entreprend des démarches auprès des tribunaux pour reprendre possession de certains de ses biens volés, dont un Modigliani « représentant un portrait d’homme ».

La justice française tranche en faveur de Stettiner en novembre 1946. Celui qui a acheté la toile, le galeriste parisien Jean Van der Klip, doit la lui remettre.

Van der Klip affirme cependant avoir perdu la trace du tableau. Un de ses amis l’a vendu à un officier américain, dont il ignore le nom et l’adresse, affirme-t-il à l’époque.

Stettiner meurt en 1948, à l’âge de 70 ans, sans avoir jamais revu son tableau.

  Jean Van der Klip et Oscar Stettiner Photo : Tableau du peintre Kees Van Dongen/Photo fournie par la famille Stettiner

L’homme assis en 5 dates

1884 : Naissance d’Amedeo Modigliani en Italie
1918 : Création de la toile
1930 : Exposition à la Biennale de Venise
1944 : La toile aurait été vendue à Paris sous le régime nazi
1996 : Vente par la maison Christie’s

La toile refait surface

C’est seulement un demi-siècle plus tard, en 1996, que cette toile aurait refait surface, lors d’une vente aux enchères de Christie’s.

La prestigieuse maison vend ce Modigliani pour 3,2 millions de dollars à une entreprise nommée l’International Art Center.

Grâce aux Panama Papers, importante fuite de documents provenant du cabinet Mossack Fonseca obtenue par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et partagée avec le Consortium international des journalistes d'enquête, nous savons maintenant que cette compagnie appartient à David Nahmad, membre d’une importante famille de marchands d’art.

Lors de la vente, Christie’s disait que le tableau avait été exposé à la Biennale de Venise de 1930... mais il n’y avait aucune information sur le propriétaire du tableau à cette époque.

Selon le catalogue de la maison aux enchères, le tableau aurait été vendu pendant la guerre à un certain J. Livengood, qui l’aurait transmis à ses descendants jusqu’à ce qu’il soit mis en vente. Une information erronée, car John Livengood est né après la guerre.

Nous avons contacté la maison Christie’s, mais elle a refusé de commenter cette affaire.

Cependant, nous avons découvert un lien familial stupéfiant avec Jean Van Der Klip, le galeriste qui avait acheté le Modigliani. John Livengood était nul autre que son petit-fils.

Livengood a vendu le fameux tableau en 1996 par l’entremise de Christie’s, selon sa veuve.

La toile de Modigliani, réclamée par Oscar Stettiner, serait donc restée cachée au sein de la famille Van der Klip-Livengood pendant plus de 50 ans.

  Arbre généalogique de John Livengood Photo : Radio-Canada

De son côté, l’avocat new-yorkais qui représente David Nahmad met en doute le fait que L’homme assis appuyé sur une canne ait été volé par les nazis.

Pensez-vous que Christie’s aurait vendu une toile qui aurait été volée par les nazis? J'en doute. Aucune maison de ventes ne ferait ça, ils ont fait leur recherche sur le tableau.

Richard Golub, avocat

L’avocat suisse de David Nahmad va même plus loin. Il met en doute que Stettiner ait déjà été propriétaire du tableau. « Cette démonstration n’a même pas encore été faite par la partie adverse », dit Rodolphe Gautier, qui croit que son client aura gain de cause en cour.

L’émission Enquête présente un reportage sur ce sujet à 21 h (HNE) sur ICI Radio-Canada Télé.

Les amis de Modigliani

Nous avons fait une autre découverte dans les archives du musée de l’Orangerie, à Paris, qui pourrait aider la cause des descendants de Stettiner.

  Oscar Stettiner, Amedeo Modigliani et Jacques Menier en 1917 Photo : Musée de l’Orangerie à Paris

Cette photo datant de 1917, un an avant la création de L’homme assis appuyé sur une canne, montre Amedeo Modigliani (au centre) en bonne compagnie.

Elle comporte un détail remarquable qui semble avoir échappé aux historiens jusqu’à maintenant. En arrière-plan, celui qui porte un costume trois-pièces, le regard tourné vers la caméra, n’est nul autre... qu’Oscar Stettiner.

À droite, on voit aussi Jacques Menier, le frère de Georges Menier - celui qui aurait posé pour le tableau -, selon de nouvelles recherches d’un historien suisse.

Modigliani, Stettiner et Menier trinquaient ensemble à l’époque où la fameuse toile a été peinte.

« Quand on regarde l’ensemble du dossier, cela est très important, estime l’expert Willi Korte. Ça prouve que la documentation historique dans cette affaire-là est plus abondante que dans bien d’autres causes. »

Les Nahmad peuvent bien jouer à ce petit jeu, aller en cour et faire dépenser les héritiers d’Oscar Stettiner. Mais tôt ou tard, ils devront penser à leur stratégie pour se sortir de là, pour sauver leur réputation.

L’expert Willi Korte

Ces différents indices s’ajoutent à plusieurs autres mis au jour depuis la divulgation des Panama Papers.

Dans une entrevue accordée au quotidien français Le Monde, David Nahmad, qui est juif lui aussi, dit qu’il remettra le Modigliani aux descendants de Stettiner s’ils prouvent qu’ils sont les propriétaires.

« S’ils peuvent prouver que le tableau leur appartient, ils peuvent très bien aller à la cour et avoir la facture d’achat », dit-il.

Ce sera à la cour de trancher.

En attendant, le tableau repose toujours dans le coffre-fort des Nahmad aux Ports Francs de Genève.

Avec la collaboration de Johanne Bonneau, The Fifth Estate, du Consortium international des journalistes d’enquête (ICIJ), du Süddeutsche Zeitung et du Toronto Star

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1015728/modigliani-indices-homme-assis-appuye-canne-nahmad-stettiner
© website copyright Central Registry 2017